Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juillet 2009 3 15 /07 /juillet /2009 08:45

                                          ...ou les mots pour symboles

 



A l’intérieur de la forteresse


  Les petits soldats sont tombés

 

Et la Princeste

 

Poussée à l'extérieur des remparts de l’antre-deux

 

Pour l’au-non-revoir

 

En a perdu les ailes qu’elle avait commencées

 

De broder de fil d’hors

 


 

L’âme à feue et à sans

 

Elle désesPère

 

 

 

______________________

 



En sous-venir


 

©Judith Beuret

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Esperiidae - dans Plume douleur
commenter cet article

commentaires

india 28/10/2009 22:38


Il y a des tempêtes intérieures qui peuvent se transformer en orage puis en météo plus clémente. Va voir chez moi dans La vraie vie, histoire de corps. Bisou


Esperiidae 29/10/2009 12:52


J'y file


Alain Gojosso 30/07/2009 11:54

Pourquoi ? Pourquoi elle désespérerait si en cet antre-deux de ses mots elle a pu enfin lui dire ? Au fil de la réalité désormais, hors déserrant part et enfin de son entier elle peut tisser.

Mais sang ça voir... ce que Princeste a pu enfin donner...

Je t'embrasse.

Bien à toi

Esperiidae 30/07/2009 12:32



Non Alain, elle n’a pas pu enfin "lui dire", mais enfin "se dire"… et s’enfuir…


Il est des douleurs dont on ne veut pas se séparer, parce qu’étroitement liés aux douceurs. Il faut accepter de prendre le risque de perdre ces dernières  pour
s’épargner ces premières... Elle n’a voulu en prendre ce risque… Un choix. Un mauvais choix.


Un retour en arrière est-il possible, afin de terminer de libérer la Princeste de ce fichu « t » qui pétrole ses ailes ? … Il lui reste un moi(s) pour se
décider…


Je t’embrasse
Amitiés



Antre ciel ether :

L'ESPACE JEUX 

ou

LES SPASMES JE

________________________

 

Retour à l'accueil

 

Licence Creative Commons