Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

la-fiancee-d-hiver-titre.jpg

la-fiancee-d-hiver.jpg

d’Anne-Lise Grobéty

 

 

 

A propos de l’auteur

 

(source http://www.campiche.ch/pages/auteurs/Grobety.html)

 

Née en 1949 à La Chaux-de-Fonds, Anne-Lise Grobéty étudie à la Faculté des lettres de l’Université de Neuchâtel et effectue un stage de journalisme. Elle commence à écrire très tôt, et elle a dix-neuf ans lorsque paraît son premier roman. Après un deuxième roman, elle ralentit son activité littéraire pour s’occuper de ses enfants. Dans le même temps, elle s’engage politiquement et siège pendant neuf ans comme députée socialiste au Grand Conseil neuchâtelois. Son mandat achevé et ses filles devenant plus autonomes, elle renoue avec l’écriture dès 1984.

 

Anne-Lise Grobéty se fait connaître du grand public dès son premier roman, Pour mourir en février, couronné par le Prix Georges-Nicole. La suite de son œuvre remporte le même succès: le Prix Rambert et deux Prix Schiller lui ont notamment été décernés. Parmi ses publications les plus importantes, les romans Zéro positif et Infiniment plus, tous deux traduits en allemand, et les recueils de nouvelles La Fiancée d’hiver et Belle dame qui mord. Elle a reçu le Grand Prix C. F. Ramuz en 2000, et le Prix Saint-Exupéry-Valeurs Jeunesse de la Francophonie 2001 pour Le Temps des mots à voix basse. En 2006 paraît La Corde de mi, Prix Bibliomedia Suisse 2007 et Prix «Coup de cœur» Lettres frontière 2007, suivi, en 2007, de Jusqu’à pareil éclat.

 

Ses narratrices cherchent à affirmer leur identité féminine, à une époque où la présence des femmes en littérature commence à s’affirmer. Anne-Lise Grobéty est donc aussi fortement concernée par la condition de la femme écrivain, par les aspects historiques, formels et politiques de l’écriture féminine, mais elle poursuit surtout une exploration de la langue dans une tonalité bien à elle.

 

Anne-Lise Grobéty est décédée le 5 octobre 2010.

 

 

 

A propos du livre

 

Il existe plusieurs éditions de  La Fiancée d’hiver. L’ouvrage en ma possession, un recueil de 230 pages composé d’une quinzaine de nouvelles, a été publié aux  Éditions Bernard Campiche en 2002. Seconde édition en 2011.

 

L’édition originale de ces nouvelles a paru en 1984 aux éditions 24 Heures à Lausanne, en un volume comprenant Pour mourir en février, Zéro positif et La Fiancée d’hiverLa Fiancée d’hiver, la nouvelle ayant donné son titre au recueil, a reçu le prix Rambert en 1986.

 

 

Critique d’humeur

 

Cela commence par La Fiancée d’hiver. Je ne vais pas détailler chacune des nouvelles de ce recueil, mais La Fiancée d’hiver a tant marqué mon esprit que je ne peux que la mettre en exergue.

 

Avec son style incomparable et une sensibilité à fleur de peau, Anne-Lise Grobéty s’inspire des saisons pour décliner l’amour suprême d’une femme pour un homme qu'on lui devine inaccessible.

 

Avec hardiesse et une tendresse aux limites du silence absolu, comme seule la profonde douleur d’un amour désespéré peut insuffler, l’amoureuse tisse en elle, et tout autour d'elle, le songe d’une liaison. Le rythme, l’insoutenable délicatesse des mots, renforcée par le vousoiement de la personne aimée, la précision et l’originalité des images, soulignent cette marche à travers le désir et l’on semble avancer sur un fil, en fragile équilibre sur une lame de rasoir et sous nos pieds la délicieuse torture du désir. Cette douceur si proche de la douleur, l’amour à la limite de la mort.

 

« Comme vous et elles, je ne suis pas d’ici, je

pends, pieds sur terre, tête en bas dressée dans le

vide de l’univers. Pas plus qu’elles, je ne sais quelle

force ou quel grappin me retient au sol, alors que

sous mes pieds je ne vois que radicelles fines comme

ficelles de givre. »

 

Je remercie son éditeur Bernard Campiche de m’avoir accordé l’autorisation d’enregistrer cette nouvelle pour le site www.litteratureaudio.com (http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/grobety-anne-lise-la-fiancee-dhiver.html)

 

 

Dans un registre tout autre mais toujours avec un style incomparable, la nouvelle Défense d’entrer maltraite et engloutis ses personnages dans les sombres abîmes du matérialisme, de l’excès de sécurité, de l’hyper-individualisme.

 

« Comme il se doit, n’y tenant plus, ils commandèrent

avec fermeté un écriteau (55 cm sur 40) où brillaient

de l’éclat de l’anthracite les mots : «PROPRIÉTÉ PRIVÉE»,

en lettres majuscules qu’ils plantèrent en terre avec la

 même solennité que s’il se fût agi d’un arbre, tout au

 bord du chemin public.»

 

 

Dans Scories, on peut apprécier toute l’originalité de l’écriture d’Anne Lise Grobéty avec une petite fille qui « joue avec le feu ».

 

« Et puis, le bruit de grosse caisse de la pluie, le verger déchiré, recollé tout aussi vite dans cet éclat de cymbales, avec des gouttes grosses comme des prunes sur la figure, chaudes et collantes sur la bouche, sur le nez, dans le dos, jeter très très très loin la boîte d’allumettes, je ne suis qu’une petite fille, toute petite, qu’on ne me fasse pas de mal, qu’on me laisse mourir

ne

plus

bouger. »

 

 

 

La Fiancée d'hiver est un recueil au style incomparable qui tantôt bouleverse, tantôt étonne, tantôt charme, tantôt grince et la quinzaine de nouvelles qui le composent sont toutes écrites avec la rigueur de style et de langage propre à Anne-Lise Grobéty.

Partager cette page

Repost 0
Published by

Antre ciel ether :

L'ESPACE JEUX 

ou

LES SPASMES JE

________________________

 

Retour à l'accueil

 

Licence Creative Commons