Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 août 2010 4 12 /08 /août /2010 19:18

 

C’était une femme fraîche, énergique, simple et sensible. Attachée aux valeurs, elle partageait ses qualités et offrait sa disponibilité, s’engageant dans de multiples activités au village.


Et puis, un jour, un mal étrange a rogné ses années : Alzheimer, semaine après semaine, lui arrachant pétale après pétale, lui a dénudé l’âme, et la voici bientôt redevenue comme une toute petite enfant, fragile et capricieuse.


Un jour, il n’y a pas si longtemps, je la croisai au village alors qu’elle déambulait sous la pluie fine et gelée de février, petite dame-enfant égarée dans le froid, la veste ouverte, grelottant. Alors que j’arrivai à sa hauteur, je m’arrêtai.


-    Rose, vous allez avoir froid. Il faut fermer votre veste.

-    Èquehupeumédéaharocher, me souffla-t-elle, d’un air si triste que j’en eus les larmes aux yeux.


Je ne compris rien à sa supplique, et me sentis douloureusement impuissante. Je m’approchai un peu plus d’elle.


-    Qu’est-ce que je peux faire pour vous, Rose, dites-moi ?

-    Èque hu peu médé a arocher ! Arrif pas !! me répéta-t-elle, désemparée, d’un ton saccadé, saccagé, en agitant les pans de sa veste.


Je compris enfin qu’elle me demandait de l’aider à fermer sa veste.


Doucement, je lui montai sa fermeture Eclair. J’avais tant envie de lui caresser la joue… mais n’osai pas. Ce jour-là, je l’aurais prise dans mes bras, tellement sa fragilité et sa maladie me touchaient.


Puis vint le jour où on ne la vit plus au village. C’était il n’y a pas si longtemps, quelques semaines ont passé depuis. On l’avait emmenée quelque part où on ne la laisserait plus sortir seule dans le froid, la veste ouverte…


Je sais qu’on prit soin d’elle, le personnel médical n’est pas toujours aussi inhumain qu’on le décrit parfois.


La maladie l'a vite…- j’aimerais dire : « heureusement », en a-t-on le droit ? - la maladie l’a bien vite rongée et, hier, elle s’est éteinte. La petite Rose a perdu tous ses pétales.


Elle n’avait que soixante cinq ans. Elle n’avait que soixante cinq ans !


Au revoir Rose...d'Or....

Partager cet article

Repost 0
Published by Esperiidae - dans Sillons d'exitences
commenter cet article

commentaires

Antre ciel ether :

L'ESPACE JEUX 

ou

LES SPASMES JE

________________________

 

Retour à l'accueil

 

Licence Creative Commons