Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 octobre 2007 2 02 /10 /octobre /2007 17:57

De la barricade de bois,
Transpire une résine noire.
Et ces larmes de suie,
Glissent le long des veines,
Fatiguées


Et ces larmes de suie,
Recouvrent le bois mort,
D'une cuirasse visqueuse,
Qu'un impitoyable soleil,
Durcira


D'une cuirasse visqueuse,
Pas encore consumée.
Il pose sa main, le voyageur,
Il pose sa main sur la rampe
Ensanglantée


Il pose sa main, le voyageur,
Et les cris du bois mort,
En ses paumes s'inscrivent.
Hurlement du néant,
Infini


En ses paumes s'inscrivent,
Les douleurs silencieuses,
Du noyer "sangtenaire",
Du bois qui s'évapore,
Sève à pores


Du noyer "sangtenaire".
Il maudit la sueur,
S'éloigne en maudissant.
Agacé, le voyageur, Agacé
Il s'en va


S'éloigne en maudissant.
La barrière ainsi fuit,
Pourrira sous les cris,
Sous les vents et la pluie,
Sous l'oubli

Partager cet article

Repost 0
Published by Esperiidae - dans Plume douleur
commenter cet article

commentaires

Antre ciel ether :

L'ESPACE JEUX 

ou

LES SPASMES JE

________________________

 

Retour à l'accueil

 

Licence Creative Commons